Communauté du Puits de Jacob             Témoignages
Qui sommes nous? / Que faisons nous? / Le Puits au Togo / Notre Programme / Paroles pour vivre / Glossaire / Pour nous aider / Sites associés / Contact
Accueil



Témoignages


Ménage du Lundi :
Le lundi est pour moi une re-création, une rencontre, un partage avec la Communauté du Puits de Jacob. Je vis un moment intense avec les Communautaires par la prière, la louange, l’office du jour ou la messe et le service du ménage. Le travail consiste en rangements, aménagements et propreté des lieux. Cela se vit dans un dynamisme et la bonne humeur. Pour moi, c’est une participation et une communion à la mission, que m’offre la Communauté. C’est un temps fraternel et spirituel, un bien-être pour le corps et l’âme, un temps pour déposer mes soucis afin de vivre en Christ Sauveur. Ma fidélité à cet engagement m’est donnée gratuitement pour la joie de croire.
Adèle

Groupe chants :
Joie d’animer les assemblées de prières et temps forts de la communauté, mais aussi de partager l’animation de temps communs avec d’autres : Communauté protestante de Saint Nicolas, temps de prière pour les vocations à la cathédrale, ou autour de notre évêque pour le démarrage de sa visite pastorale.
Nous sentons bien combien le chant nous ouvre à Dieu, entraînant nos frères et sœurs à accueillir sa tendresse, sa miséricorde, à entrer dans ce mouvement de vie, de rencontre avec Lui.
Se donner dans cette mission implique aussi un engagement, une fidélité aux répétitions, une attention à la fraternité qui est aussi témoignage.
Anna

Bouquetière :
Cette petite équipe de "bouquetières" du Seigneur est née du désir et de notre joie à créer du beau au Centre d'Accueil de la Thumenau. Elle s’est engagée à prendre soin du fleurissement, qui d’un week-end, qui d’une retraite ou session.
Oui, un bouquet ne peut remplir sa mission - servir la Parole - que créé dans le recueillement … Il devient alors lui-même une parole silencieuse et évoque une Présence (Jeanne Rolland).
Coordinatrice de cette nouvelle équipe qui reste ouverte à l’accueil de nouvelles "bouquetières", mon être tout entier jubile de se donner dans ces signes de beauté florale pacifiante et désaltérante.
Oui, la beauté est une rencontre … comme le fut celle de la Samaritaine au bord du puits.
Anne-Marie


VIVRE ET TRAVAILLER ENSEMBLE

Chantier-retraite :
Une amie m’a proposé de venir au chantier car elle n'avait pas envie d’être la seule jeune. Une certaine partie de moi se disait :"passer ses vacances à travailler c’est quand même un peu fou", mais je me suis décidé à tenter l’aventure.
Lors du chantier, j’ai aidé Jean au câblage de la nouvelle installation téléphonique. J’ai appris beaucoup de choses en une semaine, notamment le fait de travailler pour plus que soi, pour le Seigneur, pour les autres. Dieu était présent et nous a appris à lui faire confiance à travers nos "épreuves" techniques. En une semaine, à raison de cinq heures de travail par jour, où chacun avait sa place avec ses dons et ses souhaits, nous avons accompli un travail gigantesque. Mais ceci ne serait rien sans les enseignements matinaux, l’Eucharistie célébrée tous les soirs, récapitulant toute la journée, et aussi la fête. Le chantier est pour moi comme un "pèlerinage avec les mains" où chaque difficulté est dépassée avec le Christ, dans la foi qu’il va se réaliser ce que Dieu veut en son temps.
Ce chantier restera une expérience de foi inoubliable.
Olivier

Les Jeudis de La Thumenau :
«Donnez et on vous donnera. C’est une bonne mesure, tassée, secouée, débordante qu’on versera dans le pan de votre vêtement » (Luc 6, 38. )Ce verset m’est longtemps resté incompréhensible. Depuis que je suis à la retraite et que je participe activement aux "Jeudis de la Thumenau", le Seigneur a ouvert mon esprit et mes yeux. Je commence à comprendre tout ce que je reçois quand j’offre mon temps pour ces divers travaux.
Le Seigneur me donne en retour la joie de me savoir utile, tout en étant libéré d’une certaine contrainte, le plaisir de pouvoir effectuer des travaux plaisants, d’être entouré de frères et sœurs dans la bonne humeur, d’être baigné dans une béatitude bienheureuse due à la présence de Dieu surtout lors des Eucharisties, de fortifier ma foi pour entrer un peu plus dans la lumière, d’acquérir de nouvelles connaissances grâce aux échanges avec d'autres, de voir la joie et la prodigalité de tous ces frères et sœurs qui m’entourent et qui donnent chacun à leur manière leurs dons.
A travers tout cela je reçois une joie et une confiance en moi-même qui rayonnent autour de moi. Toutes ces grâces ne pourraient être achetées. Voilà la bonne mesure débordante que Dieu donne à celui qui offre ses humbles moyens.
Guy


HALTES SPIRITUELLES

Sichem :
Lente restauration au contact de la Parole priée, enseignée, vécue, au contact silencieux des frères et des soeurs, comme au sein des petites fraternités de partage et dans l’écoute attentionnée de l’accompagnatrice. Temps forts des Eucharisties et du face à face avec Jésus offert.
Expérience du choix de notre Dieu de se communiquer au travers de frères et soeurs. J’accepte enfin de me laisser "laver les pieds" par Lui par l’intermédiaire de leurs mains, de leurs voix.
Trois mois après, qu’est-ce qui demeure ? Qu’est-ce qui me fait encore vivre ?
A première vue, l’ardeur s’est estompée avec la reprise du rythme fou de ma vie. Mais reste le souvenir d’un temps fort de fraternité et d’union à Dieu et aux autres.
Reste le sentiment d’avoir été restauré dans ma capacité à me lier, dans ma capacité à parler, à me faire proche, à accepter d’être dépendant, à recevoir.
Reste la certitude que mon Seigneur et mon Dieu désire ma participation pour nourrir le feu de son Amour et qu’il se propage.
Les vendanges terminées, c’est le temps des semailles annonciatrices de la récolte à venir.
Guillaume

R.I.V.E. :
"Si quelqu'un vient à moi sans me préférer à son père, sa mère, sa femme … il ne peut être mon disciple" (Luc 14, 26)

Ces paroles m'ont longtemps laissé perplexe. Aujourd'hui, Père, je les comprends car ton amour m'ouvre l'esprit.

Mon père terrestre, lui, a eu la faiblesse de suivre Satan et ses idoles et il a été tellement subjugué qu'il a peu à peu sacrifié ses enfants, sa femme et même sa propre vie. Il est décédé quand j'avais 10 ans et sur le coup, je t'ai cru, Seigneur, responsable de sa mort. Avec quelle patience tu m'as ouvert l'esprit et les yeux jusqu'à me faire comprendre que ton amour pour nous tes enfants est tellement immense que tu es incapable d'un tel acte. Au contraire, ta splendeur, ta grandeur, ton amour, ta grande bonté ne savent que nous sauver. Aujourd'hui, Seigneur, je suis entièrement à toi. Je suis heureux de porter ton joug et d'accueillir la vie éternelle. Mon Père, l'amour que j'ai pour toi est immense. Tu m'as complètement transformé. Tu m'as donné la sagesse de pouvoir pardonner à beaucoup de mes frères, et surtout à mon père pour tout le mal qu'il a fait à notre famille. Ta joie me remplit d'un bonheur qui rayonne autour de moi. C'est ainsi que mon attachement a toi, mon Père, est devenu bien plus fort que mon attachement à mon père, ma mère, mon frère …

C'est avec mon cœur qui saigne d'amour pour toi que je te crie très fort : Père… Abba … Père … PAPA … CE MOT MERVEILLEUX QUE JE N'AI PLUS PRONONCÉ DEPUIS 50 ANS et qui est dans ma bouche et au fond de mon cœur comme du miel que je te consacre, mon PAPA … AMEN !


Guy

Exercices Spirituels selon Saint Ignace :
J’ai expérimenté le don de Dieu Père. C’est une relation nouvelle pour moi.
Tout au long de la semaine, les textes proposés m’ont établie en sa présence. En même temps que se révélait en moi l’amour du Père, j’étais invitée à me présenter à Lui telle que je suis, sans culpabilité. L’expérience d’un don gratuit, d’une relation offerte m’a été donnée, me conduisant à accepter mes blessures non plus comme une entrave mais comme une porte d’entrée du Seigneur.
L’accompagnement une fois par jour m’a aidée à voir clair et à consentir à cette expérience de rencontre.
La vie à la Thumenau, grâce à l’Eucharistie, la prière du matin et les visages des frères et sœurs ont porté et fécondé ce temps d’intimité avec le Seigneur.
Aujourd’hui, je suis mieux située dans ma relation à Dieu et aux autres. La parole demeure plus vivante, et je vis davantage une dépendance filiale qui m’enracine dans mon unicité. Sentiment nouveau et aussi combat de foi et de fidélité à la grâce reçue.
Françoise

Pardon et libération :
Le pardon n’est pas chose facile, et si l’on vient faire cette session de la Belgique ou du Midi de la France, c’est que l’on a bien conscience qu’il faut être aidé, accompagné dans cette démarche.
La première étape fut de me laisser conduire dans une contemplation lumineuse de l’histoire de l'Enfant Prodigue - le « Fils Perdu » - pour redécouvrir de l’intérieur la merveille pour ma vie, aujourd’hui, d’être fille bien-aimée du Père.
La deuxième étape fut une très forte mise au clair de ce qui se joue dans le pardon à la fois d’ordre psychologique et spirituel. Ceci me paraît très important pour ce que nous vivons dans la session, mais aussi pour le retour. En effet, beaucoup de précisions sont nécessaires : que veut dire le fait qu’il y ait un offenseur, qu’une offense soit identifiée ? Quelle est la relation blessée entre offenseur et offensé ? Quelle est ma responsabilité ? Qu’est-ce que pardonner ?
La troisième étape sera ce que l’Esprit Saint nous inspire de voir, de comprendre, de contempler, de vivre. Il est bien là cet "Accompagnateur de retraite" invisible qui rend nos cœurs tout brûlants; c’est avec Lui que nous relisons paisiblement ce qui nous a été enseigné et que nous nous l’approprions. J’apprends à recevoir de Lui la grâce du pardon que je veux donner.
Ceci va se faire simplement au fil des célébrations. Par l’Eucharistie qui clôture cette session, finit d’entrer dans mon cœur cette Joie du matin de Pâques où la lourde pierre de nos tombeaux est roulée. Il reste à continuer d’en vivre et à la partager autour de soi.
Eliane

Gestuer la Parole de Dieu :
Pour notre petit groupe, les temps d’apprentissage de récitatifs alternaient avec des temps de réflexion et partage, et des temps personnels : de l’équilibre et de la douceur pour s’accueillir en même temps que nous accueillions la Parole.
Notre accompagnatrice démarrait chaque temps d’apprentissage par une danse hébraïque dont elle nous dévoilait le sens profond pas à pas… J’ai donc découvert les «récitatifs», ces passages de la Bible que nous mémorisons en les gestuant. La Parole est accompagnée de gestes et d’un mouvement régulier de balancement de tout notre corps. Chaque verset n’est pas gestué mot à mot comme dans la langue des sourds-muets, mais le geste exprime un sens profond. Les attitudes et gestes du corps sont remplis de sens spirituel. Du coup, la Parole, longuement répétée, se révèle dans toute sa profondeur et s’imprime dans la mémoire de notre corps.
J’ai compris avec le corps ce que j’essayais en vain d’atteindre avec mon cerveau : quelle belle découverte d’une nouvelle porte d’entrée dans le chemin de l’intériorité.
Françoise


La session d'éthique m’a permis de former ma conscience à une démarche éthique en apprenant à rationaliser une décision, tout en identifiant les parts d’affectivité et d’incertitude dans ma façon de fonctionner. Rationaliser m’aide à décider et communiquer cette décision.
J’attendais aussi et surtout des éléments pour les questions concrètes du quotidien et l’outil d’analyse éthique que nous a présenté Bernard Bastian permet d’y répondre.
J’ai aussi commencé à découvrir ce qu’est la pensée morale de l’Eglise catholique.
Mais le plus important pour moi à cette session d'éthique aura été, grâce à ce que j’y ai reçu, d’avancer dans mon désir d’un chemin de vérité avec moi-même, avec Dieu, avec les autres. Et surtout entrevoir avec émerveillement la bonté de notre Père dans cette liberté qu’Il me laisse de venir à Lui progressivement, à travers sa Parole, vers son Absolu qui est Vérité et Vie. Comprendre et vivre à nouveau qu’Il est présent là où je suis, là où j’en suis dans ma petitesse, car c’est Lui qui vient m’y rejoindre.
Aline


POUR LES JEUNES

Choisir sa vie :
En entrant à la FEV (Fraternité Ecole de Vie) début novembre, j’avais le désir de me préparer à la nouvelle orientation professionnelle à laquelle j’aspire, celle de me reconvertir dans le travail social après six années dans l’imprimerie.
Au cours de cette période, j’ai appris à me connaître et à prendre conscience de mes qualités, comme celles d’animateur pendant la session des enfants. J’ai aussi pu m’intéresser à de nouveaux travaux comme le jardinage, fendre le bois, et même aider au service lors des retraites.
Parmi les enseignements qui nous ont été donnés, je retiens surtout le parcours sur le discernement qui m’aidera lors des choix que j’aurai à faire dans ma vie et qui m’a déjà permis de prendre des décisions importantes pour moi cette année. J’ai pu aussi mieux saisir la présence de Dieu dans le quotidien au contact des habitants de la Thumenau et des serviteurs occasionnels.
En même temps j’ai pu préparer et passer les diverses étapes de plusieurs concours dont j’attends les résultats avec confiance.
Je continue mon chemin avec le Seigneur dans la foi que cette année offerte, afin qu’il vienne lui-même me travailler, puisse porter du fruit toute ma vie future.
Olivier


QUELQ’UN PARMI VOUS SOUFFRE-T-IL ?

Fraternité d’Accueil
La Fraternité d’Accueil est une école de vie intérieure. Se découvrir jusque dans ses blessures, mieux se comprendre pour avancer, entrer vraiment dans ce chemin de docilité à l’Esprit Saint pour grandir en fils de Dieu… croître malgré et avec la croix portée, si douloureuse, soit-elle. Reprendre Espérance, Confiance, Patience… Tout y porte ici… On se sent en famille et c’est bon… ça fait du bien et tout cela dans la simplicité… Les journées ont un rythme paisible où alternent travail, prière, repas, échanges, accompagnement, temps personnel, repos… Le tout est bien dosé… Chacun a du talent, sa place…Le cadre, le calme, le silence m’ont fait beaucoup de bien également.

L’intuition est juste, nous avons besoin de nous laisser reconstruire dans un cadre familial. Merci aux enfants de la famille: sans leur acquiescement au projet des parents cette expérience si importante pour nous "les accueillis" ne serait pas possible.

Les grâces dont nous bénéficions ici sont dues avant tout à la bonté du Seigneur. Mais elles ont besoin de votre disponibilité, de votre communion permanente, de votre propre don dans l’Esprit. Elles ont besoin de votre vie communautaire dans tous ses combats, ses exigences. C’est votre Croix. Pour votre Pâques et la nôtre.


24 HEURES DE VIE !

Pour ma part les "24 h de Vie" sont un défi prophétique tant pour nos Eglises respectives que pour toutes les Communautés engagées dans cet effort d’évangélisation.
Le Saint Esprit nous pousse à oser, car l’amour de Dieu qui a été versé dans nos cœurs par l’Esprit Saint, nous presse (2 Co 5,14).
Oser nous rapprocher, nous apprivoiser dans nos différences et nos richesses afin de nous encourager mutuellement à vivre la plénitude du corps du Christ.
Oser dire que notre unité n’est pas d’abord dans les structures, mais dans l’immense amour de Dieu qui a donné son propre Fils pour mourir à la croix pour chacun de nous.
Oser annoncer la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ gratuitement sans immédiatement vouloir récupérer les fruits pour notre "propre maison"
Oser nous réjouir mutuellement des fruits de l’autre Communauté et rendre grâce à Dieu pour cela.
Les "24 h de Vie" sont un défi prophétique parce que les Communautés qui y participent acceptent humblement d’être au service les unes des autres, tout en se soumettant à l’autorité de leurs Eglises respectives. Cette humilité est porteuse de fruits à la gloire de Dieu.
Kurt, Pasteur luthérien

Evangélisation des rues

Me voici, samedi matin, en route pour la place de l'Homme de Fer, une chaise calée sur l'épaule; je trotte allègrement, spectacle insolite, mais je ne suis pas seule!
Nous transportons chaises, escabeau, de grands panneaux "catholiques et protestants ensemble", table de camping et thermos de café! Place de l'Homme de Fer, nous installons notre campement, et c'est parti pour la proclamation de la Parole de Dieu… parmi les foules déversées par le tram : hommes et femmes de tous âges, jeunes et enfants… Nous sommes devenus témoins insolites d'un message qui habituellement ne se proclame pas dans de tels espaces!
Esprit Saint, à toi de jouer maintenant !
Angèle

Prières au cœur de la ville

Nous voilà parties à deux pour l'Hôpital de Hautepierre en premier, où, assises sur un banc, nous avons longuement prié en silence pour les malades, les soignants. Puis nous avons prié sur le plan du quartier, les habitants, les écoles, les centres sportifs, les aires de jeux… Deux hommes âgés, musulmans, se sont approchés, discutant entre eux. L'un d'eux s'appuyait sur ma voiture tandis que je priais pour lui sans qu'il réalise notre présence : moment émouvant de communion avec les fils d'Ismaël.
Nous avons continué dans les rues alentour et avons terminé notre tour en nous arrêtant au parc de Cronenbourg. Nous nous sommes assises devant une fontaine pour rendre grâce. L'eau jaillissant en continu nous signifiait l'œuvre ininterrompue de l'Esprit saint dans ces quartiers, dans cette ville, dans le monde et en nous ainsi qu'en nos frères priant ailleurs e même temps.
Sonja

Je m'étais inscrite pour participer à la marche de nuit, le cœur en joie de pouvoir prier le Seigneur, de manière itinérante, au cœur de la ville endormie, by night.
Mais quand je me suis retrouvée avec mes frères et sœurs, torche à la main, je me suis sentie soudain très mal à l'aise : j'avais peur des regards et des interpellations des jeunes que nous rencontrions, et espérais fort ne rencontrer personne que je connaissais…!
Et puis, au fur et à mesure des rencontres, je me suis rendue compte combien notre regard sur eux et notre façon d'assumer cette prière ensemble, catholiques et protestants, était essentielle. Nous rendons témoignage de notre foi et de notre désir de faire avancer l'Eglise vers l'unité. Je réalisais combien c'était important pour ces jeunes, croyants ou non, de voir qu'il y a encore des personnes qui croient et qui portent un regard d'espoir sur notre monde, qui parait souvent absurde et vide de sens.
Delphine

Le concert classique

Bénies soient les mains du pianiste qui effleurent avec délicatesse ou ivresse les touches bicolores du piano! Ce sont ces mêmes mains qui bêchent, plantent, sarclent, désherbent potager et jardin de cette terre bénie de la Thumenau! Merci, Jean-Pierre, jardinier et pianiste émérite…"L'œuvre de tes mains" est signature du Divin Donateur, émerveillement pour nos yeux et enchantement pour nos oreilles, "manne" de Beauté qui nourrit longtemps…
Merci à tous les artistes pour la toile de Beauté qu'ils ont tissé au fil de ces "24 h de vie"!
Anne Marie

Au début, c'était : essayer de chanter, choristes amateurs, catholiques et protestants réunis, quelque chose qui "tienne la route" au prix de laborieuses répétitions!
C'est devenu, emportés par cette joie simple d'être ensemble, et tirés vers le haut par notre chef de chœur Christiane : une Unité qui se réalise mystérieusement…
Alors tout est devenu possible, et la beauté a jailli.
Véronique